Blanche-Neige : nouvelle cible de la Cancel Culture


Blanche-Neige, Disney


Blanche-Neige et les sept nains subit les attaques de la Cancel Culture dans la presse américaine à l'occasion de la réouverture de Disneyland Park, vendredi dernier, en Californie.


Le conte des frères Grimm (1812), devenu le premier long-métrage d'animation des studios Disney (titre original « Snow White and the Seven Dwarfs ») lors de leur reprise en 1937, est de nouveau l'objet de vives critiques.


Après 400 jours de fermeture, Disneyland Park a rouvert vendredi dernier en Californie. Un nouveau manège a enchanté le public, celui de Blanche-Neige qui a profité de cette fermeture pour faire peau neuve. Le nouveau manège propose donc un « scénario plus complet ». Alors quel est le problème ?

Le « problème majeur » selon quelques journalistes américaines, notamment au sein du SF Gate - qui publiait un article dès le 1 mai - c'est la « scène problématique » du baiser, « une scène avec des idées si démodées ».

Au sein de l'attraction, ce final nommé « True love’s kiss » (« vrai baiser d’amour ») reprenant la scène mythique du dessin animé sorti en 1937, lors de laquelle Blanche-Neige qui s'est faite empoisonnée par la Reine est endormie et ne pourra revenir à la vie qu'à l'aide d'un vrai baiser d'amour. Qu'elle ait été empoisonnée ne semble pas trop choquer cette journaliste. Elle nous explique en revanche que « ça ne peut pas être le vrai amour si elle dort ». Ce baiser est donc un véritable scandale contre lequel il faut réagir et agir. Depuis plusieurs mois, cette scène est accusée par des activistes néo-féministes de participer à la banalisation de la culture du viol.


Alors, elle propose une solution simple : il s'agirait de... « ré-imaginer une fin en accord avec l'esprit du film et la place de Blanche-Neige dans l'œuvre de Disney » ! Rien que ça !


Peut-être faudrait-il proposer au prince de remplacer son baiser par un massage cardiaque ... à moins que ce procédé soit également choquant.










234 vues0 commentaire

Aidez nous à financer nos actions et nos travaux

en toute indépendance