La Ligue des droits de l’homme prend la défense du CCIF




La Ligue des droits de l’homme, connue pour déposer plainte à tour de bras pour incitation à la haine raciale dès qu’une parole n’est pas clairement islamophile, s’illustre une nouvelle fois en prenant la défense du CCIF.


Pour rappel, le Collectif contre l'islamophobie en France avait organisé, notamment aux côtés du Comité Adama, du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA) et de l’Union communiste libertaire (UCL) la marche contre l’islamophobie le 10 novembre 2019 lancée par une tribune réunissant des signataires si peu recommandables (comme Rachid Eljay, ex-imam de Brest qui a justifié le viol des femmes non voilées) qu’une partie de la gauche s’en été désolidarisée.


L’association a été dissoute récemment, après qu’il soit apparu qu’elle a été en lien avec le parent d’élève qui a lancé la fatwa contre Samuel Paty. Le décret de dissolution, daté du 2 décembre 2020, souligne notamment que le CCIF a dénoncé, sous couvert d’islamophobie, « des expulsions d’imams appelant au jihad » ou encore « la fermeture d’une mosquée utilisée comme centre de recrutement jihadiste ».


Ce soutien au CCIF retire à la Ligue des droits de l’homme le peu de crédibilité qu’il lui restait.

238 vues0 commentaire

Aidez nous à financer nos actions et nos travaux

en toute indépendance