Manspreading

Le manspreading nous vient une nouvelle fois des États-Unis. Le mot apparaît la première fois en 2008, puis se diffuse grâce à la création d’un Tumblr que des féministes américaines lui ont consacré à partir de 2013.


Composé des termes « man » (homme) et « spreading » (diffusion, étalement, propagation), la traduction française serait donc l' « étalement masculin ». Il s'agit du fait, pour les hommes, d'écarter les jambes notamment quand ils sont assis dans les transports.

Les militantes opposent ce terme à celui de « womancrossing » (composée de « woman » : femme et de « cross » : croiser) qui consiste pour les femmes à croiser les jambes dans les mêmes lieux. Comme elles le font souvent en créant un concept pour décrire un aspect assez banal de la vie quotidienne, elles le politisent et le radicalisent. L’écartement des jambes devient le symbole de la volonté des hommes de dominer l’espace public.


Plusieurs villes, comme New-York, Madrid et même Paris ont tenté d’interdire le manspreading.


À ne pas confondre non plus avec mansplaining !

89 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Un safe space se traduirait par « espace sûr » ou « espace sans danger ». Ces espaces sont également appelés « espaces positifs ». Il s'agit de lieux où des personnes « habituellement oppressées, marg

Le régime diversitaire est un concept développé par Mathieu Bock-Côté, sociologue et essayiste canadien, qui le définit comme suit : Le régime diversitaire, au Canada, se présente comme une entreprise

Le mansplaining est développé par les féministes américaines depuis la fin des années 2000. Composé des termes « man » (homme) et « explaining » (expliquant), la traduction française serait donc l' «

Aidez nous à financer nos actions et nos travaux

en toute indépendance