Misogynoir

Misogynoir néologisme compte double. Il s'agit d'un savant mélange entre les termes « misogynie » et « noir ».

La misogynie (du grec ancien : γυνη (gyno-) soit la « femme » & μῖσος (mîsos), soit la « haine »), est de façon assez intelligible le sentiment de mépris, d'hostilité, de haine de la femme du fait de son sexe.

Le suffixe "noir" vient ici ajouter de manière concomitante la couleur de peau comme nouvel élément de rejet de la femme discriminée.


Ici il s'agit donc de misogynie spécifiquement dirigée contre les femmes de couleur noire.


Le terme est "inventé" par une étudiante de l'Université Emory, aux États-Unis, en 2010, Moya Bailey, qui l'utilise d'abord sur un blog (Crunk Feminist Collective) pour évoquer ces discrimination dans le milieu du hip hop.

Ce concept est ensuite repris par de nombreuses féministes noires (Black feminism, mouvement né aux États-Unis dans les années 60-70).

Il faudra attendre quelques années pour que Trudy, sur le blog Gardient Lair l'évoque à son tour en ajoutant au surplus le préfixe "trans" afin de rajouter à la misogynie et au racisme la transphobie.


La misogynoir peut être commise par n'importe quelle personne mais serait vraisemblablement plus fréquemment le fait d'hommes noirs. Un exemple souvent évoqué à ce titre est la création du mouvement Black Lives Matter. Initialement l'initiative de trois femmes en 2012, Alicia Garza, Opal Tometi et Patrisse Cullors il aurait été repris abusivement par des hommes noirs en invisibilisant les femmes.



Il est quand même assez cocasse de constater le terme "noir" est écrit sans le "e" final qui permet pourtant de distinguer le masculin du féminin, dans un néologisme créé à l'intention des femmes.


597 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Régime diversitaire

Le régime diversitaire est un concept développé par Mathieu Bock-Côté, sociologue et essayiste canadien, qui le définit comme suit : Le régime diversitaire, au Canada, se présente comme une entreprise

Mansplaining

Le mansplaining est développé par les féministes américaines depuis la fin des années 2000. Composé des termes « man » (homme) et « explaining » (expliquant), la traduction française serait donc l' «

Détransitionner

C’est le fait, pour des personnes ayant suivi une transition de genre et de sexe grâce à un traitement hormonal et des opérations chirurgicales, de s’engager dans une démarche contraire, en arrêtant s

Aidez nous à financer nos actions et nos travaux

en toute indépendance