Nouveaux tags comparant les éleveurs aux nazis en Loire-Atlantique


Les attaques contre les éleveurs se multiplient depuis quelques semaines. Mardi 8 septembre, ce sont des bâtiments appartenant à des responsables de la FNSEA 44 qui ont été tagués.


Cette fois, les inscriptions scandaleuses bombées sur les façades font le parallèle entre les éleveurs et les SS nazis. C’est un champ lexical que les militants de la galaxie végan et antispéciste aiment utiliser. Rappelons les propos de Solveig Hallouin, la porte-parole de « Boucherie abolition » qui faisait, déjà en 2018, le parallèle entre l’élevage et la Shoah.


Dans une forme de surenchère permanente, ces activistes prônent de plus en plus l’action directe. Ils sont, en effet, nombreux à considérer que les actions illégales (intrusions dans des propriétés privées, vandalisme, harcèlement …) sont légitimes et nécessaires pour imposer leurs idées et déconstruire notre vision de l’élevage et de l’alimentation.


Une menace qui doit être prise au sérieux


Cette menace est prise au sérieux aux USA. Dès 2005, John Lewis le directeur adjoint du FBI déclarait, lors d’une audition devant une commission parlementaire, que l’écoterrorisme était désormais une des menaces terroristes les plus importantes sur le sol américain. Entre 1990 et 2005, 1200 actes d’écoterrorisme y avaient été recensés.


La France commence elle aussi à prendre la mesure du risque face à la montée de ces actions violentes. Fin 2018, une flambée d’actions violentes avait frappé les bouchers, obligeant nos services de renseignement à s’intéresser aux franges les plus radicales de cette nébuleuse.

23 vues0 commentaire

Aidez nous à financer nos actions et nos travaux

en toute indépendance