Statue de Napoléon remplacée à Rouen, Thierry Lentz dénonce la "destruction mémorielle"



Thierry Lentz, directeur de la fondation Napoléon, dénonce la décision du maire PS de Rouen, M. Nicolas Mayer Rossignol, qui a annoncé vouloir remplacer la statue de Napoléon installée depuis 1865 face à l’Hotel de ville par celle d’une figure féministe.


Dans l’édition du 15 septembre du Parisien, il regrette la nouvelle mode de « destruction mémorielle » qui semble séduire certains édiles municipaux depuis quelques semaines :


« Dans une ville c’est le sapin de Noël qu’on ne veut plus installer. Dans une autre, c’est le Tour de France que l’on critique. Ici, c’est une statue de Napoléon, pas pour ce qu’elle est, mais pour aller dans le sens de néoféministes ou des racialistes. »

Pour ce spécialiste reconnu de l’Empereur, ce n’est pas un hasard si la ville de Rouen avait jusqu’ici tenu à célébrer la figure du père du Code civil. Napoléon a joué un rôle majeur dans la prospérité de la cité normande en soutenant les manufactures textiles.


En prenant cette décision, le maire de Rouen fait le jeu des "déconstructeurs" et des militants décoloniaux les plus radicaux. Il participe à cette "cancel culture" prônée par ses activistes les plus radicaux et défendue par exemple par l'universitaire proche des Indigènes de la république, Françoise Vergès, qui avait appelé à démanteler les statues des "hommes blancs" afin de libérer l'espace public de leurs présences.


L'Histoire, comme la culture, la littérature, la science ont toutes vocations à s'effacer devant les revendications militantes du moment. Si c'est ça le progrès .....


169 vues0 commentaire

Aidez nous à financer nos actions et nos travaux

en toute indépendance